En 2018, trois YouTubeuses se sont fait piquer leurs contenus

Réseau social. Des raisons de s’énerver… Un créateur de contenu vit de ce qu’il créé: des vidéos sur YouTube, des illustrations sur Instagram ou encore des images de son blog. Mais certains « piquent » ce type de création pour promouvoir un produit ou leurs propres activités.

En 2018, Les Gens d’Internet a répertorié trois YouTubeuses dont on a utilisé leurs contenus sans leur avoir fait la demande au préalable. Que ça soit promotionnel ou non, avant de reproduire une image ou une vidéo qui n’est pas la vôtre, il faut en demander l’autorisation.

Sananas

En juin dernier, la YouTubeuse beauté Sananas s’est fait piquer trois de ses photos par le site de maquillage anastasia-makeup.fr. Pour promouvoir leurs produits, ils ont utilisé des images de la vidéaste en les sponsorisant sur Instagram.

Après avoir contacté la marque, les images ont été supprimées et la créatrice de contenu a reçu des excuses.

sananas

Pour en savoir plus, rendez-vous sur cet article.

Natacha Birds

Natacha Birds est suivie pour ses images et photos très inspirantes mais aussi pour ses illustrations. Ces dernières ne plaisent pas seulement à ses abonnés. En se promenant à Madrid dans le magasin de coques de téléphone « Casa de Las Carcas », la jeune maman est tombée sur une de ses illustrations pour DDP.

Elle a contacté le gérant qui lui a demandé de prouver que c’est bien elle l’illustratrice. L’influenceuse est actuellement à la recherche d’un avocat pour l’épauler dans ses démarches. « S’il y a un avocat en droit international par ici pour déléguer cette affaire à un professionnel n’hésitez pas à me contacter! », écrit-elle sur Twitter.

Maud Bettina-Marie

Après les photos et les illustrations, pourquoi ne pas s’approprier des vidéos YouTube? Deux court-métrages sur la bienveillance de Maud Bettina-Marie ont ainsi été repris sur des pages Facebook en natif. Cela signifie que les vues enregistrées ne sont pas comptabilisées sur YouTube (le lien n’est pas présent dans les publications), ce qui permettrait à la créatrice de toucher de l’argent.

Autre problème soulevé, à aucun moment Maud Bettina-Marie n’a été créditée sur les posts Facebook. Le plus énervant c’est que ses vidéos sont reprises par des professionnels pour illustrer leur conférence mais qu’ils ne lui ont jamais rien demandé.

***

Les trois vidéastes ont tout à fait raison de partager leur colère. Contactée par Les Gens d’Internet, Maître Naïma Alahyane-Rogeon, avocate et directrice de département au sein du cabinet Lexing Alain Bensoussan Avocats, explique qu' »en utilisant la reproduction d’un contenu qui pourrait être protégé par le droit d’auteur, sans l’autorisation de l’auteur, l’influenceuse peut engager sa responsabilité au titre de la contrefaçon ».

Suivez l'actualité des influenceurs sur Twitter
Publicités

2 réflexions sur “En 2018, trois YouTubeuses se sont fait piquer leurs contenus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s