Ces influenceurs qui dénoncent ceux qui achètent des abonnés

Influenceurs. #Balancetesstats. Depuis plusieurs jours, la majorité des influenceurs français partagent une même page d’Hype Auditor, celle de leurs statistiques. Le but est de prouver qu’ils n’ont pas triché en achetant des abonnés et des likes, et ainsi que leur travail est sincère.

« Je suis ravie qu’on s’intéresse enfin aux « influenceurs » ayant des comptes fake remplis d’abonnés achetés » détaille ainsi Romy en story en début de semaine. Parce que oui, après avoir découvert cet outil qu’est Hype Auditor, les langues se délient. Dans le métier, les tricheurs sont connus de tous, sauf de nous les abonnés, des marques ou encore des agences de relations presses. Pour enfin pouvoir parler sans forcément montrer du doigt les tricheurs, les créateurs de contenus ont décidé de prouver à leurs audiences leur authenticité.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais d’autres ont décidé d’aller plus loin. Guillaume Ruchon a ainsi partagé une vidéo sur YouTube le 28 juin dernier, intitulée « La vérité sur les influenceurs (fake) ! ». Après avoir expliqué comment ne plus se faire avoir en présentant différents moyens de vérifier l’audience d’un influenceur, le vidéaste a demandé à ses abonnés de lui donner 10 comptes Instagram à inspecter en direct. Il a alors choisi les plus demandés. Et sur les 10, la majorité ont acheté des abonnés…

Dans un tout autre registre, Lodoesmakeup a tenu à s’exprimer sur le sujet dans le même but que Guillaume Ruchon, alerter les annonceurs. Elle qui travaille dans le digital et qui gère les relations influenceurs d’une marque de cosmétique, trouve plus que dommage que certains se permettent de tricher pour être invités et recevoir des produits sans pour autant créer un contenu original. De cette manière, à côté de véritables passionnés, se trouvent des personnes qui « pour la plupart, sans vouloir faire de généralités, vont se contenter de faire une petite instastory […] puis après, elles vont s’empresser de vendre le produit sur Vinted », explique Lodoesmakeup. L’envers du décor ne fait donc pas rêver…

Enfin, ceux qui travaillent d’arrache-pied pour créer du contenu et voyager aux 4 coins de la planète à leurs frais pour proposer un contenu qualitatif à leur audience sont aussi excédés. « Quand je vois des fakes influenceurs partir pour poser devant un monument phare d’une destination sans chercher l’originalité et faire une photo en 2 minutes, se plaindre h24 et broncher parce que l’hôtel est pas fou et j’en passe… Ça me bouffe », explique Jonathan Bertin dans un thread Twitter.

Comment cesser ce genre de pratique? La balle est dans le camps des annonceurs. Ils vont devoir mieux réfléchir avec qui travailler sur leurs campagnes digitales pour éviter de se faire avoir et de continuer de collaborer avec des influenceurs fake.

Photo de Une: Guillaume Ruchon
Suis-moi sur Twitter / Instagram

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s