Sananas en colère après qu’on lui ait piqué ses images et elle a toutes les raisons de l’être

Instagram. La semaine a mal commencé pour Sananas. La YouTubeuse a reçu dimanche dans la soirée différents commentaires de ses abonnés lui disant que plusieurs de ses images avaient été utilisées par le site anastasia-makeup.fr afin de faire la promotion de leurs produits. La société a sponsorisé des posts avec des makeup de la YouTubeuse sur Instagram et sur Facebook.

Une situation qui a fortement déplu à la vidéaste. Elle a donc envoyé un message privé à la marque lui demandant de retirer les images. « Si vous ne retirez pas ma tête, mon nom et mon image de vos réseaux sociaux et de vos posts sponsorisés je vous envoie mon avocat », a ainsi déclaré l’influenceuse.

sananas

Mais quels sont véritablement les droits de Sananas, et des créateurs de contenu en général, ce type d’affaire? Contactée par Les Gens d’Internet, Maître Naïma Alahyane-Rogeon, avocate et directrice de département au sein du cabinet Lexing Alain Bensoussan Avocats, explique ainsi que « lorsque vous créez une contribution sur un réseau social vous êtes propriétaire de votre contenu. C’est bien l’influenceur qui est propriétaire de ce qu’il met en ligne ».

Si le contenu utilisé par l’eshop est bien un contenu original proposé par Sanaa, la YouTubeuse a la possibilité de poursuivre juridiquement la société. « On ne peut pas reproduire l’image de quelqu’un, quelle qu’elle soit, sans son autorisation », poursuit Maître Naïma Alahyane-Rogeon, avant de rajouter, « en utilisant la reproduction d’un contenu qui pourrait être protégé par le droit d’auteur, sans l’autorisation de l’auteur, l’influenceuse peut engager sa responsabilité au titre de la contrefaçon ». Comme ici, la YouTubeuse est reconnaissable, elle peut aussi faire jouer son droit à l’image. Elle aurait aussi pu directement prendre contact avec les plateformes où les contenus ont été publiés pour stopper leur visibilité ou encore demander à la société de retirer les images.

Sananas a opté pour la dernière option. Plutôt que d’engager directement des poursuites, la vidéaste a décidé d’envoyer directement un mot à la société pour qu’elle retire les images. Dans la soirée, la boutique en ligne lui a répondu, « nous avons arrêté tous les messages sponsorisés et nous sommes désolés ».

Sana reste néanmoins vigilante et a demandé à sa communauté de l’alerter si les posts sponsorisés reviennent à nouveau dans leur timeline.

Suis-moi sur Twitter !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s